Mix & Remix, la cathédrale vue d’en-bas et le dernier soir des Georges

C’est Philippe Becquelin, le célèbre dessinateur suisse, papa de Mix&Remix qui me rejoint aujourd’hui sur le festival. On le connaît pour ses dessins dans le matin dimanche ou l’Hebdo  ou encore en direct dans l’émission Infrarouge, ce qu’on sait moins, c’est que Philippe a également été le crieur de la Cathédrale de Lausanne pendant dix ans. Je me réjouis donc de lui annoncer que si cette semaine, certains se sont fait balader en vieille américaine ou en calèche, lui aura l’honneur de grimper les 365 marches que compte notre cathédrale à nous!

FullSizeRender_3

Nous descendons donc la rue de Lausanne, très déterminés à en découdre malgré la chaleur et la lourdeur de l’atmosphère qui règne avant l’orage, prêts à tout pour crier les 17h00 qui arrivent, j’ai presque de la peine à suivre Philippe tellement il se réjouit de cette ascension. L’horaire sur le site internet indique que l’on peut monter jusqu’à 17h00, malheureusement il est 16h45 et le responsable refuse de nous laisser passer. Il semblerait que tout le monde doit être redescendu pour 17h00. DOMMAGE! (ouf) mais on a quand même profité du parvis avant de se diriger vers les arcades et de boire l’apéro. Philippe n’est pas drôle que sur le dessin, il me fait hurler de rire, mais ce n’est pas toujours simple de savoir s’il blague ou non, l’ironie trônant en bonne place dans son sens de l’humour.  On parle de ses débuts aux beaux-arts, de ses enfants dont il est très fier, Louiza la plus jeune qui est aussi illustratrice et tient un blog engagé qui parle de féminisme, et son fils Paul, un peu plus connu des fribourgeois puisqu’il a participé avec son groupe ” Adieu Gary Cooper” à la première édition (corrigez moi si je me trompe) de la Sunday Night Jam de Radio Fribourg.

IMG_2730

On parle aussi de ses limites. Je lui demande si Le Matin Dimanche l’a déjà censuré, ou lui a refusé la publication d’un dessin, il me répond que non, mais quand on aborde le sujet “Charlie Hebdo” auquel il ne doit échapper dans aucune interview, il m’explique que pour lui, “ça ne vaut pas le coup”. “Quand toi tu as du papier et un crayon et qu’en face les mecs ont des flingues, c’est perdu d’avance”. Il se rappelle avoir croisé Charb dans un festival, accompagné d’un policier en civil qui assurait sa protection, “même en civil, ça reste un flic qui te suis non-stop”. Il a d’ailleurs été approché par Charlie Hebdo récemment pour renforcer les rangs, mais fidèle à Siné et très loyal, il ne veut pas.

Lorsque nous arrivons sur la place-Python, les fribourgeois de Kabak s’apprêtent à monter sur scène, les enfants de Fred le batteur s’approchent de nous, Élisa et Mathias sont des fans et demandent une dédicace à Philippe qui s’exécute sans broncher. On avait parlé un peu plus tôt des enfants qui portent des casques pour ne pas se broyer les tympans devant les scènes des festivals, il s’en est alors inspiré:

Nous partons manger des pizzas dans le stand d’Olivier Fivaz, nomade Pizza. L’équipe trimballe son four à pizza au feu de bois et le résultat en vaut vraiment la peine. Olivier nous laisse même passer derrière son stand, en coulisse, là où la pâte est étalée, étirée, garnie et finalement refilée au pauvre appointé au four qui aura passé l’intégralité du festival entre canicule et feu de bois.

FullSizeRender_2FullSizeRender_1

Philippe aura fait son show en backstage, pas besoin de vous dire que le rire de Jérôme a retentit loin dans le festival au moment où Philippe lui expliquait l’utilité de son Apple Watch.

FullSizeRender

Moriarty fait son apparition sur scène, Philippe compare leur chanteuse, Rosemary Stanley à Amy Winehouse, le chignon en moins. Nous profitions du concert avant de retourner en backstage où il rencontre l’agent du groupe franco-américain, un vieux copain à lui. Il me lance: “c’est grâce à lui que je dessine”! Pas si faux quand on sait que Patrick David de Two Gentleman, ancien de la Dolce Vita à Lausanne lui avait demandé à l’époque de dessiner les flyers du fameux club lausannois. Ils reparlent du bon vieux temps, des afters à la cathédrale de Lausanne, des parties de Nintendo dans les loges du crieur (là c’est la version soft), et Philippe me fait remarquer la ressemblance entre Patrick et Marlon Brando. Je crois qu’il est l’heure d’aller se coucher…

FullSizeRender_3

Pour la dernière soirée des Georges, le festival a à nouveau affiché complet, la bière coule à flots, même Sylvain Maradan court dans la foule avec des caisses de gobelets à emmener vers les bars. La foule est dense devant la scène pour la rue Kétanou et finalement Grammatik qui a l’air de s’être parfaitement acclimaté au canton. Le lendemain de son concert, il nous fait parvenir cette photo:

FullSizeRender-6

Dimanche, la journée des familles attire les petits, et leurs parents. L’atelier électrophonique épate avec des reprises électro de Queen et d’autres tubes contemporains, un show préparé en une semaine avec l’excellent Eduardo qui accompagne ses petits protégés à la guitare. Xavier et Élise sont au premier rang, heureux, ils tapent des mains comme le demande les enfants sur scène, sans trouille, sans trac, décidés à faire trembler la Place-Python!

Puis vient le tour des petits chanteurs à la gueule de bois qui débutent leur concert en chantant “Ton papa est policier, c’est pas de ta faute”, mon mari est plié de rire, mes enfants adorent. Le soleil ne fait même plus peur, les plus petits dansent, les parents aussi, quelques casques se promènent même si le volume a été pensé pour les enfants.  Le festival se termine avec le Carrousel des Moutons, entre acrobaties sur piano, poésie et humour, on fidélise aux Georges, c’est certain!

Advertisements

Philippe Ligron en calèche aux Georges!

Aujourd’hui, journée spéciale pour la blogueuse culinaire que je suis,  c’est la moitié de Bille en tête qui me rejoint sur le festival. Philippe Ligron arrive en fin d’après-midi à Fribourg, vêtu d’un short militaire et d’un t-shirt à imprimé barbelé (on sent ici l’influence de Duja), nous marchons vers la vieille ville où je lui ai préparé une jolie surprise. Il fait encore très chaud, on cherche l’ombre à la rue de Lausanne, puis autour de la cathédrale, et comme nous sommes un peu en avance sur le programme, nous décidons de nous arrêter sur la terrasse du Belvédère pour y prendre un verre.

Une chose est sûre, Philippe est intarissable. Il a un demi-milliard de projets en route. Passionné d’histoire, il tient des conférences sur la gastronomie à travers les âges, m’explique que nous n’avons rien inventé, que tout est écrit, on ne fait que revenir en arrière, pour améliorer, si besoin, ce qui a déjà été fait. D’un éternel optimisme, il m’assure que nous allons vers le beau, affirme que sa génération mangeait comme des cochons, mais la suivante prend conscience que la nourriture c’est avant tout l’humain. Savoir d’où vient la viande que l’on mange, qui a fait poussé la salade qui l’accompagne. Le “médicaliment”, se soigner avec ce qu’on mange, c’est ça la cuisine du futur selon lui. Il a du respect pour les grands chefs d’aujourd’hui mais n’est pas vraiment impressionné, tout est trop propre, trop soigné à son goût.

Il a d’ailleurs horreur des concours de cuisine télévisés, “de toute manière la production sait d’avance qui va gagner et ils veulent du sensationnel” me dit-il, rien à voir avec la cuisine. Mais conscient de son pouvoir médiatique, il entreprend d’enseigner d’oû nous venons à travers ce que nous mangions. Prochainement il organise une nouvelle “ligronnerie” dans les mines de sel de Bex, rien n’est prêt encore, mais ça ne pose aucun soucis à l’hyperactif, en deux jours tout sera plié. Un peu comme l’orgie romaine qu’il avait organisé dans les arènes d’Avenches, il transporte la cuisine dans un endroit complètement insolite pour en raconter l’histoire.

Et puis il est aussi professeur de cuisine à la très réputée École Hôtelière de Lausanne. Ancien militaire (il a fait la guerre au Liban), il avoue avoir été très dur avec ses élèves au début (il y a 25 ans), sûrement pour compenser son jeune âge. Mais depuis il dit s’être ramolli. Il se sert également de son statut de professeur pour profiter du réseau incroyable que génère l’École Hôtelière, très impliqué dans plusieurs projets humanitaires, il n’hésite pas à contacter d’anciens élèves à travers le monde pour leur demander un coup de main quand il est en voyage.

Comme s’il en fallait encore pour démontrer l’énergie qu’il dépense pour mettre en valeur le patrimoine culturel gastronomique, Philippe est ambassadeur pour Max Havelaar et Sel des Alpes, il  préside également l’association “Lausanne à Table” qui organise de juin à septembre des évènements dans la capitale vaudoise pour valoriser les acteurs du goûts romands tout en mettant en avant les produits locaux. Il a en tête des restaurants comme le café des Artisans, un petit café situé au centre-ville de Lausanne et tenu par la jolie Amaya et son frère Iggy. Il me parle de leur passion et de leur manière de tenir leur établissement, avec goût et originalité. Et puis à 49 ans, il n’oublie pas ses trois enfants et trouve même du temps pour entraîner l’équipe de tir à la corde de la jeunesse de Brenles-Chésalles-Sarzens dont font partie ses deux fils, et ça n’a rien de drôle, Philippe me jure que c’est très stratégique!!

Nous quittons la terrasse du Belvédère pour nous diriger vers le pont de Zaehringen où nous attend ma surprise. Je savais Philippe passionné de chevaux et d’attelage, il part d’ailleurs très prochainement rejoindre ses parents en Camargue avec ses deux chevaux. C’est donc tout naturellement que je lui ai réservé un calèche pour visiter la vieille ville.

C’est Hervé Sapin, de la Ferme pour Tous qui a fait le chemin jusqu’à Fribourg pour nous. Philippe est touché par l’attention et grimpe sans attendre avec moi à l’arrière de la calèche. Nous reprenons le pont, descendons la Grande-Fontaine en faisant des coucous aux filles qui nous photographient et partons nous balader en vieille ville, suivis par une colonne d’automobilistes plus ou moins patients. Les sabots des chevaux claquent sur les pavés de la place du Petit-Saint-jean puis sur le Pont de Berne, nous faisons un petit crochet par la vallée du Gottéron et remontons vers la place Python, où nous attend comme d’habitude l’équipe de Take Off Productions. Quelques curieux viennent saluer les juments, certains nous font même signe de la main (dans l’ordre).

Nous sommes attendus au café qui accueille les afters du festival, Les Trentenaires (aiment la bonne bière) tenu entre autres par Stéphane Jaton, ancien élève de Philippe. Nous sommes rejoins par Pierre-André Thépaut, directeur du NH Hôtel de Fribourg et également ancien élève du l’EHL. Stéphane nous a fait préparer un apéritif digne du chef, avec foie gras poêlé, carpaccio de boeuf, risotto à la betterave et crevettes au chorizo. Nous avons également pu déguster trois des 120 références de bières disponibles dans le restaurant, en accord avec ce que nous mangions.

FullSizeRender_2

Vers 19h00, nous entrons sur le site du festival pour le concert de Hell’s Kitchen tout à fait à propos,la soirée est lancée. Philippe est à l’aise au milieu de la foule, certaines personnes le reconnaissent et viennent le saluer. Très étonné par le beatbox de Koqa, il nous rejoint en backstage pour lui toucher un mot sur une éventuelle future émission de radio, affaire à suivre!

Ce soir, doivent encore passer sur scène les fribourgeois de The Red County et je m’apprête à présenter le concert , Solange la Frange que j’ai attendu toute la semaine, et sa prêtresse Julie Hugo, qui ne manquera pas d’envoûter la place au complet. En attendant vous pouvez vous rincer l’oeil avec son tout nouveau clip K2000!

Vive la bouffe, vive les Georges!

Frank Matter, les bombes à la Motta et la soirée sold out!

Deuxième jour de festival, j’ai rendez-vous avec ma deuxième pie, Frank Matter animateur de l’émission Supersonic sur  couleur3 et batteur dans le groupe de rock lausannois Hey Satan. La journée s’annonce particulièrement intelligente, Frank affirmant fièrement sur sa page Facebook que ce soir il soutient Georges.

Il m’attend sur la terrasse du Habana, juste en face de la place Python, la salsa qui émane de l’intérieur du bar nous donnerait presque envie de nous déhancher, mais malheureusement pour nous (heureusement pour les passants) nous sommes attendus.

Aujourd’hui, j’ai décidé d’emmener Frank à la Motta. Ancien étudiant en lettres et philosophie (si si ) à l’université de Fribourg, il a vécu à la route de la Pisciculture, d’après lui l’endroit le plus charmant de la ville. Il avoue avoir surtout passé son temps à feu Fréquence Laser et reprenait régulièrement le train direction la Dolce Vita de Lausanne. Pas étonnant donc qu’il n’ait jamais trempé le pied (ou autre chose), dans la Motta.

Heureux d’aller nous rafraîchir, on embarque dans le funiculaire et j’essaye de suivre tant bien que mal la cadence et la démarche de Frank. Il a chaud, il veut aller se tremper, on fonce! (La vidéo de cette bombe incroyable sera disponible sur la page Facebook des Bleorges).

FullSizeRender_3

Après avoir vidé la piscine, nous nous dirigeons vers la buvette de la Motta, tenue depuis une année par le HC Fribourg- Gottéron. Heureux d’avoir enfin un vrai été, ils nous accueillent avec un apéro et quelques feuilletés. Irène, la responsable de la buvette nous explique que les plats sont préparés à Saint-Léonard où la cuisine est un peu plus fonctionnelle, mais tout est terminé ici. A la carte, des frites, des nuggets, mais aussi des salades, du rosbif, et même du steak tartare.

FullSizeRender_1

Le timing est serré, et nous devons déjà nous rhabiller et reprendre le funiculaire pour nous diriger vers le festival. Take off productions nous attend pour faire le trajet avec nous et nous obtenons l’autorisation du chauffeur du jour de filmer l’interview directement à la place du conducteur. Les jeux de mots fusent, j’ai peur que Frank bascule dans le vide paniquée de ne rien pouvoir faire pour le retenir, la bête faisant quand même deux fois ma taille.

Frank est animateur radio à Lausanne et vit dans la capitale vaudoise, mais personne ou presque n’ignore qu’il est valaisan. Ce qui tombe bien puisque ce soir le drapeau aux treize étoiles flotte au-dessus des Georges. Il ne manque plus que Christian  Constantin parqué dans les backstage et un râcleur devant les loges. Lionel, programmateur du festival est le premier valaisan à nous accueillir, suivront les musiciens de Yellow Teeth, Jeff Abelda, journaliste au nouvelliste, Tiziano le chanteur, et Yvan Broccard, le bassiste tout droit sorti des années 70 qui aurait volontiers débarqué sur sa Harley s’il n’avait pas à transporter sa basse et son ampli. Les deux se sont rencontrés jadis, naguère même, à la cafétéria du collège des Creusets. Yvan et ses copains un peu plus âgés, les hardeux du collège qui faisaient peur à tout le monde avaient affublé Frank du surnom de  “Bart Simpson” à cause de sa coupe de cheveux. Malheureusement aucun document d’archive ne m’a été fourni pour illustrer mes propos. 

La soirée se poursuit, les Yellow Teeth sont sur scène quand nous décidons d’aller manger au stand Tam-Tam de Josie qui propose de la cuisine africaine, plus précisément camerounaise. Josiane et sont mari n’ont pas encore de restaurant, mais ils offrent un service traiteur. Ils sont beaux derrière leur stand,lui tient la caisse et elle dirige la cuisine et le barbecue ou elle grille des poissons entiers. Frank opte pour le poulet Mafé (comme je suis), servit avec du riz et une sauce cacahuète. On vous le conseille!

FullSizeRender_1

A l’instant où je vous écris, la soirée est sold out, un jeune homme qui a essayé d’escalader les barrières de sécurité depuis l’arrêt de bus qui se situe à côté des backstage vient de tomber dans les thuyas derrière moi. Il a été gentiment raccompagné vers la sortie. Les musiciens de De Staat se promène sur la place et on l’air de s’y plaire, c’est aussi ça les Georges! Goran Bregovic a rassemblé une foule compacte et festive, le drapeau serbe flotte au-dessus des têtes, et les déçus qui n’ont pas pu avoir de billet écoutent d’où ils peuvent un des concerts les plus attendus du festival. Une dame aura même réussi une sortie collector à la billetterie en expliquant: “Vous savez ce qui était bien du temps de la Jazz Parade? C’était jamais complet!”.

Demain, j’attend le célébrissime danseur contemporain genevois Foofwa D’Imobilité avec qui j’irai danser sur le pont de la Poya tout en courant. Vous êtes bien sûr les bienvenus si vous aussi voulez danser avec nous ou me prodiguer les premiers soins lors d’un arrêt cardiaque qui me semble inéluctable. Rendez-vous vers 16h00 à la gare de Fribourg.

Lilly Bulle, Ivy Hipsylon, une virée en Impérial et le début des vieilles pies

Enfin elles sont là mes vieilles pies! Aujourd’hui je lance ma rubrique consacrée aux VIP des Georges, mes invités de la semaine, les privilégiés, des personnalités romandes qui m’accompagneront tout au long du festival pour une visite insolite de la ville, un apéro et une soirée aux Georges. Avec certains partenaires, des bars, les stands je vais soigner mes protégés et leur donner envie je l’espère de revenir très vite.

Pour le lancement du festival, ce sont deux des danseuses burlesques les plus présentes sur la scène suisse et internationale. Lilly Bulle, psychothérapeute dans la vraie vie, performeuse et productrice quand il y a des paillettes et Ivy Hipsylon, corsetière au civil et dresseuse de feu quand les lumières se tamisent.

Je les attends à la gare de Fribourg en fin d’après-midi, elles sont magnifiques, habillées comme des pin-up sur le flan d’un bombardier de la deuxième guerre mondiale, elles posent dès que je sors mon iphone pour une photo et elle le font très bien.

Nous marchons vers le funiculaire, je me rappelle à peu près comment prendre un billet et nous embarquons à l’avant. Il fait chaud, Ivy sort son éventail, le décor colle parfaitement à mes deux pies.

A notre arrivée en vieille ville, les filles lancent des oooh, des aaaah à la vue de la magnifique voiture vintage, une Imperial rouge des années 50 qui nous attend. Denis notre chauffeur du jour nous attend à l’ombre d’un arbre, il bondit en voyant les filles et vient nous saluer. Nous montons, moi à l’arrière, les filles à l’avant puisque la voiture dispose de trois places. Denis, c’est le génialissime propriétaire du Deni’s Diner de Pensier.

Véritable repère à motards et passionnés de belles cylindrées, Denis a ouvert cette année le restaurant de ses rêves et il ne désemplit pas depuis. Fidèle au modèle américain, la déco est soignée, les tables ornées de ketchup et de moutarde dans des bouteilles en plastiques rangées près des portes serviettes, on s’attend à vivre la scène d’ouverture de Pulp Fiction avec les deux amants gangsters qui cambriolent un diner. Tout y est, le juke box, les motos et les vieilles voitures parquées devant, les serveuses en robes à pois et le sol en damier. On y sert des hamburgers confectionnés avec de la viande locale, du bison d’avenches même, et les pommes de terre sont apportées directement au restaurant par le voisin avant d’être pelée, coupées et transformées en frites.

On se commande des milk shakes et on papote. Lilly tient une revue au Lido de Lausanne, elle y produit des spectacles et donne des cours de danse. De son vraie nom Julie, elle travaille comme psychothérapeute et est maman d’une petite fille d’un an. Et puis il y a Ivy, de son vrai nom Hulya, une jeune corsetière fribourgeoise et ancienne élève de Julie qui lui fait désormais ses costumes de scène. Parce que c’est un peu la règle dans le burlesque, il y a une espèce de fierté à confectionner ou à dessiner soi-même son costume de scène. Les filles sont complices, elles me racontent leurs soirées, le monde du burlesque, les jalousies, la difficulté de vivre de ça. Pas simple de s’effeuiller, mais elles assument. Elles sont féminines et le revendiquent. Ivy me raconte que personne ne la remarque quand elle n’est pas maquillée, mais elle aime qu’on lui fasse un compliment une fois métamorphosée. Lilly, elle, n’a pas hésité à danser enceinte, son corps change, mais pas elle et elle n’a aucun problème à montrer ce ventre que beaucoup cherchent à cacher.

Nos milk-shakes terminés, nous reprenons la route vers la place Python. Denis est charmant, il nous raconte qu’il a trouvé sa voiture en France et il est fier d’affirmer qu’il n’y en a que trois comme celle-là en Europe!

Une équipe de tournage nous attend à notre arrivée, VIP oblige, les filles répondent à quelques questions et nous nous dirigeons vers les backstage pour nous réhydrater avant de nous diriger vers le camion de radio fribourg pour une interview en direct à réécouter ici.

Après une pause bien méritée, nous nous redirigeons vers la foule devenue dense du festival et nous frayons un passage vers le stand de Cynthia. La chanteuse du groupe fribourgeois Jim the Barber passionnée de cuisine tient depuis l’année passée un stand de hot-dogs. Mais attention, pas le hot-dog à un franc façon géant suédois, le vrai hot-dog que l’on peut trouver au coin d’une rue de Manhattan, garnie de choucroute ou de rucola. Les filles se ruent sur un double-trouble, je me tâte et me décide enfin pour un Mr. Bean, mon mari n’aura qu’à se boucher le nez ce soir.

FullSizeRender_1

C’est moi ou cette photo est un peu cochonne?

On se rince l’oeil avec le concert des Duck Duck Grey Duck, toutes plus ou moins d’accord que les beaux cheveux frisés de Robin le chanteur mériteraient qu’on y passe les doigts. Le festival est lancé, les filles sont heureuses et profitent de leur soirée. A venir, le rockabilly mexicain des Puta Madre Brothers, on se réjouit.

Demain, j’accueillerai Frank Matter, la voix la plus suave de couleur3, fils naturel de Frank Drebin, Jacques Villeret et Mimie Mathy, si tout va bien, il devrait arriver en maillot de bain. Vive les Georges!